Feed_24x24 Twitter_24x24 FaceBook_24x24 Youtube_24x24

[Sbs] Aquarelle par Plumy

Aquarelle - La méthode Plumy

Le dessin, c'est pas comme les maths (Mais qui à dit "nombre d'or" dans la salle ?). Il n'y à pas vraiment de "technique unique et juste", pas plus que de "parfaite réussite". Un dessin plaira à une personne, pas à une autre. Tout reste au final très subjectif. C'est pourquoi l'idée même d'une "méthode" officielle pour peindre, qui plus est venant d'une amateur comme moi en perpétuel apprentissage et découverte serait totalement crétin.
Par contre, je peux vous parler de ce que j'ai appris à faire, essayer de vous expliquer ma méthode, avec ses erreurs et ses hésitations. Peut être cela vous aidera t'il sur la voie de la colo trad, juste une pierre de plus à votre mur perso ;3
Pas à pas, voici la réalisation d'une illustration :

► Préparation du dessin :

Le crayonné est effectué directement sur le papier épais, j'ai tendance à bouder les tables lumineuses qui font perdre de la spontaneité aux dessins.  Lorsqu'il s'agit d'encrer, je verifie surtout que le stylo utilisé ne bave pas à l'eau, et je laisse les zones de noirs vides : Je les ferais après la pose de la couleur.

01Pour ce qui est de la colo, j'ai avant de commencer une idée générale de ce que je veux faire, que ce soit au niveau de l'ambiance, des teintes, etc. Mais il arrive bien souvent que l'idée change en cours de route. Pour le 2eme dessin, le chapeau n'était pas prévu sur le croquis original : C'est après avoir encré la main - j'encre des morceaux de dessins sans avoir réellement dessiné le reste pour pouvoir gommer et m'y retrouver : Je ne conseille pas vraiment cette méthode mais elle me convient - que j'ai songé à ajouter un couvre chef que le personnage aurait oté.
De même pour l'ambiance de ce dessin. Pour l'anecdote, l'idée de cette illustration m'est venue alors que je voulais dessiner une pie, en tous 1er lieu. Influencée inconsciemment par des illustrations d'un autre auteur, et certainement - je le réalise après coup - par un certain passage de Tsubasa reservoir chronicle, j'avais dans l'idée de dessiner un plan large, représentant un marécage et des arbres morts, dans lequel le personnage aurait présenté une allure très douloureuse, tandis qu'au 1er plan, perchée sur un tronc couvert de mousse, une pie lui aurait à l'instant volé son oeil...Mais lors du croquis, je n'ai put m'empêcher de rapprocher la camera, pour finalement dessiner un quasi portrait. Le dessin à encore changé lors de la colo, mais j'y reviendrais.

► Médias utilisés :

Je suis incapable d'utiliser un seul media à la fois. Je finis toujours par utiliser avec les aquarelles en godets des encres aquarelles - parce que j'ai un flacon d'une couleur qui me plait ou pour son pouvoir couvrant - ou des feutres à alcool - couleurs sans surprises, qui permettent de renforcer certaines ombres, d'unifier des zones cradouilles ou même les teintes générales du dessin sans craindre que les couleur en dessous ne se re-diluent - et j'aime bien finaliser avec pas mal de gadgets : Posca blanc pour des retouches, ou alors typex, stylo à gel, etc...
Techniquement, je ne fais pas vraiment de "l'aquarelle" vu que je n'utilise pas le média de la manière la plus orthodoxe qui soit. Mais à chaque illustration, j'apprend un peu plus, et j'essaye de tirer partit au maximum de ce que j'utilise.
A la fin, je retoucherais l'ambiance et la texture sous photoshop.

Concernant le reste du materiel, j'utilise principalement 3 sortes de papiers :
- Du papier canson 300 g très "neutre". Epais, tiens bien le choc, ne crée par d'effet particulier.
- Le papier vergé 300g : Les rayures donnent un effet très agreable. Je l'utilise souvent pour les dessin type "portrait" comme celui expliqué dans cet article.
- Un bloc de papier type "chiffon" acheté à Casa que je serais bien en peine de retrouver. Il donne également une texture sympa.

Pour les pinceaux, je ne jure que par les pinceaux en poils de martre. J'utilise d'ailleurs quasi exclusivement mon petit pinceau en poil de martre pour toutes mes couleurs. Dans cet article, j'utilise également à plusieurs reprises le "pinceau à cartouche d'eau" de la marque Pentel. C'était un essais, donc je ne peux pas encore en dire grand chose, mais la pointe synthetique permet de jouer des coups de pinceaux, et le fait de pouvoir ajouter de l'eau tout en traçant un trait est très pratique.

Références des outils utilisés lors de ce dessin:
- Aquarelles en godets : Black box de Winstor & Newton + quelques godets Dawler Rowney
- Encres aquarelles : Colorex Pebeo
- Feutres : Promarkers et Copics
- Papier : XL Mixmédia marque Canson, 300g/m², Grain moyen, Aquarelle - Acrylique
- Pinceau : Leonard - Martre

► Pose de la couleur :

Ma technique pour poser la couleur en aquarelle pourrait se résumer très simplement : Je pose la couleur la ou elle devra être à la fin la plus sombre, et je la dilue vers la zone claire pour obtenir un effet de dégradé. Sur le concept, c'est ainsi que j'effectue toutes mes couleurs.

A titre d'exemple, une video pour constater la méthode en action :


Step by step egorge_0001
envoyé par Resosphere



En étapes, voici plus precisement comment je procède :

1ere couche : La couleur diffuse

Il pourrait s'agir d'un aplat. Cette 1ere couche pose la couleur générale, et tiens compte de la lumière pour obscurcir ou éclaircir certaine partie, mais de manière très diffuse, doux dégradé.

Sur cet exemple précis, la couleur peau (celle que je préfère faire : Je l'obtiens en mélangeant du rouge/marron et du jaune ocre, pour obtenir un orange fadasse. Je colorie quasiment tout avec.)
J'étale et dilue avec beaucoup d'eau les teintes. j'ai pris garde à ne pas mélanger de manière totalement homogène ma couleur de base, aussi je peux la prendre un peu plus jaune ou un peu plus marron selon mon besoin. Grâce à l'eau, je dégrade de manière lisse. Et même un peu trop : Voila la l'erreur souvent répétée. A trop se focaliser à faire de jolis dégradés lisses, on oublie que dans la réalité aussi, il arrive que les ombres soient nettes et tranchées, que les couleurs changent brusquement. C'est d'ailleurs un travers que j'ai encore et que je m'efforce de corriger.
J'effectue cette étape avec pas mal d'eau, puis je laisse sécher avant de passer à la suivante.

2eme couche : Ombrages géneraux

J'ombre de manière un peu plus nette - mais pas totalement non plus - en utilisant toujours mon mélange de base, que j'utilisais fort dilué dans l'étape précédente, aussi cela crée t'il des ombres assez conséquentes.

3eme couche : Ombrages secs

De surface réduite, nette et de couleur plus osée : j'utilise directement le rouge marronasse qui avait servit au mélange "couleur peau". Je l'utilise aussi dilué pour rehausser certains endroits, mais sans chercher à estomper cette effet "tache" que l'aquarelle crée d'elle même : Ca à un rendu sympa.

04

4eme couche : Finalisations

Il m'arrive souvent de rajouter une dernière couche d'ombres aux feutres à alcool, avec une couleur peau , pour accentuer certaines zones de couleurs. Je dois surtout me retenir à ce moment la de ne pas "recoloriser" la peau au feutre à alcool par dessus l'aquarelle XD;
06
La main est finie ! J'ai pas mal débordé autour, mais comme je sais que je vais coloriser le chapeau avec une couleur sombre, ce n'est pas vraiment gênant.
Les ombres ne sont pas posées de manières très réalistes, mais la colo reste efficace : Ca doit être ça que l'on appelle styliser ? Je respecte néanmoins une certaines réalité, notamment dans les phalanges rougies - la peau est plus fine à cette endroit et souvent plus rouge donc -
Je colorise essentiellement de cette manière, par zones définies, mais pas de façon aussi organisée que montré ici : Je me suis efforcée de découper les étapes de la colo pour pouvoir expliquer ma méthode, mais la plupart du temps, je fais un peu tout en même temps : Je commence la main et vais faire les cheveux, passe directement aux ombrages forts, etc...Tout dépend du dessin et de l'humeur.

Le fond est effectué parfois avant, parfois à la fin, lorsqu'il est dit "abstrait". Si c'est un décor plus fouillé, je m'efforce de le faire avant le ou les personnages, mais comme je l'ai dit, je suis assez brouillone dans ma méthode et fait tout en même temps.

Je colorise la majorité des choses à l'aquarelle en godet car je la trouve facile à manier et que j'aime le rendu. La peau est une chose que je fais systématiquement aux aquarelles en godets, ou alors aux feutres à alcool.

La colo de la veste :

Je décide d'utiliser des encres, aux couleurs plus marquantes et couvrantes, pour donner cet effet "cuir épais" que je recherche. Je crée ma couleur avec un mélange de Olive, tabaco et un peu de fauve.Je fais donc mes 1eres et 2eme couches plus ou moins en même temps, en posant l'encre et en l'estompant. L'encre aquarelle se dilue d'une manière très différente de l'aquarelle en godet, et je ne la maitrise pas vraiment : Je fais essentiellement des applats avec.
Je laisse des zones de blancs marquées pour donner l'effet de cuir plié. Le chapeau est réalisé avec le même mélange de couleur, mais quasiement pas dilué, pour bien se détacher. La couleur sombre permet d'effacer les débordement maladroits que j'avais fait lors de la colo de la main.
0809Je vais faire la couche d'ombrages proprement dit avec des feutres à alcool : J'utilise une game de gris taupe. Ils me permettent d'unifier certains endroits cracra, et d'ombrer avec nettetée tout en modifiant très légèrement la couleur de base. Je vais essentiellement m'en servir sur les vêtements. En règle générale, ils se marrient avec à peu prêt tout, sachant qu'ils "salissent" la couleur. Il faut tenir compte de l'ambiance que l'on desire.  

10Exemple d'unification d'un petit raté :
1112J'ai énoncées les 2 principales méthodes colo que j'utilise : Aquarelle en godet appliquée par couches successives relativement soignées, ou encre aquarelles ombrée grâce aux feutres à alcool. J'utilise l'une ou l'autre de ces méthodes au feeling, sans trop de réflexion derrière je dois l'avouer. Il y à beaucoup d'automatisme ou de "feeling" qui ne viennent qu'avec l'experience. Quel que soit le media, je pense qu'il faut expérimenter les méthodes des autres, mais aussi oser, tester, et finalement trouver sa propre logique.

Rattraper ses bêtises en trad :

Ce qui fait peur en trad, c'est ce coté irrémédiable des actions, l'absence totale du ctrl+z, un véritable cauchemar !
Tout n'est pas réparable, mais beaucoup d'erreurs sont transformables ou adaptables. Bien sur, avec une aquarelle légère ou sans lineart, l'erreur ne pardonne pas, raison pour laquelle je tend de plus en plus vers des couleurs plus "opaques", ou je peux à loisir repasser sur certaines couleurs ou mettre du blanc au typex pour la lumière.
Pour réparer mes bavures, la plupart du temps, je les humidifie au maximum, puis je tamponne avec un mouchoir plié et j'ajoute un mouvement qui ramène la couleur vers la zone colorée. C'est pas parfait, mais ça sauve pas mal. Sinon, la plupart du temps, je m'efforce de les transformer.
Au passage, tamponner une zone de couleurs posée avec un mouchoir froissé donne des effets de texture très sympathiques.

Exemple flagrant d'erreur transformée avec le "décor" de cette illustration. J'avais en 1er lieu peint les arbres morts du fond -  mon idée de base étant de faire des arbres morts, dans un marécage boueux, et que ce soit la nuit, vous vous souvenez ?- avec du "Drawing gum". Qu'est ce donc ?Il s'agit d'un liquide qui permet de masquer des zones du papier, et qui s'enlève après coup tout en ayant protégé les zones peintes. Comme je réalisais ce dessin dans la démarche "explications", je me suis dit "Je fais montrer l'utilisation du Drawing gum" et j'ai...Magnifiquement foiré : Rattrapes et explications.

J'avais en 1er lieu peint un fond bien trop pâle et mollichon par dessus les branches d'arbre pour le moins grossières que j'avais peintes avec le drawing gum. Quand vint le moment de rattraper le fond, j'eut envie de dessiner d'épaisse frondaisons pour mes arbres. Grâce au pinceau synthetique à reservoir d'eau, je peux faire des formes très nettes.

Je ne sais pas encore vraiment utiliser le masque, mais je suis sure que l'on peut faire de chouettes choses avec :

Et c'est au moment ou j'enlève le masque que je réalise que c'est un beau merdier : Les arbres manquent de finesse, l'ensemble n'a pas vraiment d'interêt, surtout avec les couleurs générales du dessin maintenant : C'est une forêt en pleine journée !
14Il faut rattraper tout ça. Je peinturlure au feeling par dessus les branches blanches, pour rendre les frondaisons homogènes. J'oublie l'idée de base et part sur un nouveau concept de forêt en pleine journée.

Pour ne pas perdre le surplus de couleur veste, je le mélange à de l'encre "vert bouteille", et utilise le pinceau à réserve d'eau pour dessiner le feuillage, que je prolonge plus bas, créant involontairement un effet de profondeur. J'utilise aussi du marron, un joyeux mélange au hasard ou je me suis contenter d'unifier le fond du mieux possible.
15Sur ce dessin, par la suite, les cheveux seront faits avec un couche de base à l'aquarelle en godet, un jaune ocre, puis un ombrage avec un feutre copic vert/marron, et petites ombres en violacé pour le punch très discrètes.Les dread sont faites au feutres verts et gris taupe. Je voulais un personnage blond, mais donc la chevelure ne soit ni trop lumineuse ni trop propre, raison pour laquelle j'ai utilisée des couleurs un peu "sales" pour l'ombrer.
16Le violet, souvent couleur universelle pour moi : Je m'en servirais pour rajouter quelques ultimes ombres sur la veste. Comme la branche d'arbre manque de présence - elle est pourtant au premier plan - j'épaissis le contour pour apporter à la profondeur. J'aurai put la flouter par la suite à l'ordinateur, mais je voulais conserver la nettetée de la pie, qui reste un élément important de la composition. Je la colorise en noir au brush pen en dernier.
17Le moment des derniers détails, le moment ou j'en ait marre et prend mes feutres pour finir au plus vite. J'ajoute en tout dernier le sang qui coule le long de la joue, tout d'abord avec de l'encre rouge, puis au feutre à alcool rouge.
18 19
►Travail sur l'ambiance

C'est à la fin que j'unifie l'ensemble du dessin. Pour cela, j'utilise un ou plusieurs feutres à alcool de teintes assez "neutres", en l' occurence le feutre "vert/marron" que j'avais déjà utilisé pour les cheveux. Je passe ensuite à l'ordinateur sous photoshop, tout d'abord pour "récupérer" les couleurs bouffées par le trad, mais aussi en utilisant photoshop comme un autre outil qui me permet d'effectuer simplement certains effets.

20




































Je retrouve la couleur en bidouillant un peu au hasard : Systématiquement, je joue du ctrl+m et du ctrl+L. Il m'arrive de dupliquer le calque, et de mettre le double en mode produit tout en baissant l'opacité, ou de tester d'autres modes de fusions. Je joue avec les réglages, je teste un peu ce qui me fait envie. C'est toujours un gros hasard à la vérité.
Je rajoute systématiquement une texture sur le dessin, pour donner un effet et réchauffer les couleurs. Ce dessin étant déjà texturé par le papier, je la met en opacité très réduite, à 25%.

Pas de cadre ni de signature, parce que je ne suis pas fichue de faire ce genre de choses de manières esthétiques. L'illustration est terminée !

21
► Articles complémentaires : (A venir )

♪ Trad et CG : Le mariage impossible ?
Aquarelles : les bases
Feutres à alcool : La méthode Plumy

.

.

.

.