Feed_24x24 Twitter_24x24 FaceBook_24x24 Youtube_24x24

Le tramage sous Photoshop par T.TGirl

girl
Tramer sous photoshop, pas aussi facile que bonjour =3
Après de longues hésitations, je décide enfin de me lancer dans un tuto de tramage sous photoshop. Je laisserai de côté le « comment choisir ses trames » et l’aspect technique des pourcentages - que je ne connais pas - pour simplement me concentrer sur : concrètement, comment tramer une case ?? A mon niveau d’apprentissage, je ne connais que deux techniques complémentaires qui valent ce qu’elles valent…

Créer ses motifs :

Tous ceux qui se sont mis en tête de tramer des planches se sont déjà plus ou moins amusés à récolter des trames et motifs sur le net. Il suffit alors d’ouvrir ces images sous photoshop, puis :

0

La différence entre :

Définir comme forme une prédéfinie : cette action transforme votre image (si elle n’est pas trop grosse ni trop complexe) en brush (forme de pinceau). Cela signifie que vous pouvez dans le cas présent créer un brush à l’effigie du ciel. Cette nouvelle forme intègrera votre palette de formes et vous pourrez le réutiliser comme vous le souhaitez avec tous les outils dont vous pouvez changer la forme (pinceaux, tampons et gomme). Super sympa, mais pas très recommandé pour les choses complexes, d’autant que modifier la taille de ce pinceau nuit terriblement à sa qualité.

Utiliser comme motif : est la fonction qui sera donc plus particulièrement recommandée  pour un motif de ce genre (grand). Dans ce cas, l’image est intégrée à la palette de motifs associée à l’outil tampon de motif ou calque.

 

Comment utiliser l'une ou l'autre de ses fonctions?

 

Le tampon de motif :

1

Le tampon de motif s’utilise de la même façon qu’un pinceau. En fonction de la dextérité de chacun, il est donc plus ou moins facile à manier. J’émettrai cependant un énorme « warning » : ce tampon s’utilise pour l’application de trames répétitives et continues. C’est à dire des nuances de gris, un motif répétitif (des briques, des tuiles, etc.) mais certainement pas les grands dégradés. Le contre-exemple suivra.

Donc, sélectionnez l’outil tampon de motif, il se cache sous l’outil tampon de duplication, et choisissez votre motif dans votre palette.  L’application est toute bête, ouvrez un nouveau calque sur ou sous votre document à tramer et amusez-vous !

Il faudra se rappeler que le tampon de motif est comme un pinceau, donc, pour lui aussi, vous pourrez choisir le mode d’utilisation (normal, produit, etc.), gérer son opacité, etc.

2

3
Le calque de motif
Si vous voulez utiliser une trame du style dégradé, le tampon de motif n'est pas forcément la meilleure option. Il vaudra mieux choisir d'utiliser un calque de motif qui, lui, vous permet de placer votre trame à votre guise pour éviter ce genre d'écueils.
Donc, prenez votre outil de sélection pour déterminer l'endroit où vous allez appliquer le calque, créez le calque de motif : calque --> nouveau calque de remplissage --> motif

10

La palette de motifs apparaîtra et vous n'aurez plus qu'à sélectionner le motif de votre choix.

12

Si vous avez sélectionné un carré sur votre image, le motif apparaîtra dans ce carré, vous pourrez l'ajuster comme vous le souhaitez en le faisant glisser avant de valider. Une fois à la place voulue, valider votre calque et gommer ce qu'il y a en trop.

13

Note : si votre gomme est blanche, elle gommera le calque, si votre gomme est "noire" elle fera apparaître du motif.

15

 

Alternative au calque de motif

La méthode ci-dessus est conseillée pour les gens qui ne manient pas forcément bien leur stylet ou leur souris, puisqu'on peut se louper et rattraper le coup avec la gomme "noire". Mais cette méthode est aussi fastidieuse : il y a l'enregistrement des motifs, sans compter que c'est lourd selon le poids des images enregistrées et que ça fait ramer photoshop.

Quand on a un peu plus confiance en soi et qu'on n'a pas peur de se louper, le plus simple est encore d'ouvrir l'image dans photoshop et de simplement la faire glisser grâce à l'outil sélection sur la page qu'on est en train de tramer. Passer le calque en mode produit, et là, vous aurez le même résultat que de passer par l'option calque de motif. Vous aurez votre motif superposé à votre image, ne restera plus qu'à gommer l'excédent.

 

Association de fond et de forme :

Qu’est-ce que je peux bien vouloir dire avec ça ? Hum… Grande question et je vais de ce pas vous donner la réponse, ne cherchez pas.
Dans la mesure où le tampon de motif s’utilise de l’exacte même façon qu’un pinceau, vous pourrez aussi en choisir la forme. Ca ne vous dit toujours rien ?…

5

Bien, prenons un exemple concret =3 :
J’ouvre ce dessin de buisson que j’aime bien et très récurrent et très utile :

4

Ce genre de dessin, inutile de le transformer en calque de motif. C'est beaucoup plus simple d'en faire un brush (forme de pinceau créée grâce à Edition --> définir comme forme prédéfinie) et de le tamponner allègrement partout. Mais pourquoi l'utiliser simplement comme un pinceau noir alors que je peux en faire quelque chose de texturé grâce aux motifs ?

Associer le fond et la forme c'est, plutôt que de prendre un pinceau noir, prendre son tampon de motif, changez sa forme (comme on le ferait pour un pinceau), choisir un motif et voilà :

7

Je peux de cette manière appliquer une trame en lui donnant une forme prédéfinie =3 ! Certains diront que c’est tricher, je dirai que c’est utiliser les possibilités du numérique.

 

Rotation de trames

Ca c'est un inconvénient majeur qui montre bien que photoshop n'est pas fait pour ce genre de travaux. S'il y a possibilité de déplacer le calque de motif afin de bien le caler, on ne peut pas le faire pivoter.
Ainsi, si l'on veut par exemple qu'un dégradé soit en diagonal, il faudra le faire soi-même. Le problème, c'est qu'il s'agit d'un calque particulier, qui ne pourra être transformé qu'après avoir été pixellisé. Qui dit pixellisation dit que si vous devez gommer ce qui déborde, gomme blanche ou noire, vous n'aurez pas droit à l'erreur.
9

 

 

 

Pour récapituler, le calque de motif est très utile là où le tampon de motif fait défaut.

 

Quelques trucs en passant…

  • En numérique, les trames s’appliquent via les calques, on peut donc largement jouer de la propriété de ces calques (produit, incrustation, superposition, déformation, etc.)
  • La superposition de trames n’est pas punie par la loi =3 On peut très bien faire ses ombres comme en colo en superposant deux trames (voir plus) que se soit par le biais de calques en mode produit ou de deux couches de tampon en mode produit aussi. Oui, ça a l’air bête, mais j’ai déjà vu des gens s’évertuer à accoler deux trames de deux tonalités différentes pour faire les ombres.
  • Les trameurs traditionnels grattent la trame pour obtenir certains effets (lumière ou vitesse). Sur une trame numérique, la gomme blanche (ou un pinceau blanc) de très petit calibre et un peu d’huile de coude font l’affaire =3
  • Et surtout si vous visez une publication, vérifiez bien la qualité de vos trames o/
14

Des questions ou des choses manquent ? Réagissez sur le forum ^^

 

.

.