Feed_24x24 Twitter_24x24 FaceBook_24x24 Youtube_24x24

L'encrage à la plume - Trucs et astuces

Il n'est pas possible d'expliquer "comment" encrer à la plume. Néanmoins, voici quelques petits trucs et astuces sur le sujet.


Donc le personnage et le canapé à la plume, et le fond au stylo. C'est bon, on voit la différence ? XD

Personnellement, j'aime très fort la plume. Parce que ça a un petit goût d'authentique, parce que j'adore le "tic tic" de la plume tapotée contre le verre du pot pour vider le surplus, parce qu'une fois qu'on l'a prise en main, elle semble bien plus naturelle que le stylo. J'ai mis du temps à savoir me débrouiller avec, mais maintenant, elle m'est automatique. Pas que j'en ai une maîtrise particulièrement élevée, mais désormais quand je pense "encrage", je pense systématiquement "plume" et certainement pas stylo. Le trait me semble plus naturel, plus fluide, plus vivant. Il y a beaucoup de ressenti dans ce qui fait qu'on utilise ou pas la plume, plus qu'une histoire de résultat je crois.
Expliquer comment on encre à la plume est une tâche ardue, voire même techniquement impossible, et plus que jamais le "entraîne-toi" est de mise. Par contre, je peux donner des p'tits trucs qui mettent en confiance, des trucs que j'ai compris ou assimilé à force de l'utiliser. Let's go !

 

Conceptuellement, l'intérêt principal de la plume est son aptitude à faire des pleins et des déliés, qui donnent plus de vie au dessin. En même temps, les pleins et les déliés, on peut les obtenir au stylo en repassant plusieurs fois. A la différence que c'est plus long, fastidieux, et moins authentique. La plume créée presque d'elle-même ces pleins et ces déliés qui font vivre le trait. L'encrage est plus fort, plus présent. Et puis, même si elle fait peur avec son côté antique, la plume n'est pas si dure à apprivoiser, je vous le promets !

 

Elle reste néanmoins quelque peu contraignante dans son installation : pot d'encre, trempages réguliers, faire attention à ne pas toucher l'encre qui sèche, chiffon... Mais ces mêmes contraintes font parties de la minutie de la plume, elles obligent à aller tranquillement et soigneusement sur son encrage.


C'est au final une histoire de feeling. Au dessineux de voir s'il s'entend bien avec l'outil ou s'il préfère ses stylos, et de trouver ses propres raisons d'utiliser la plume.

L'apprentissage de la plume :


Pour apprendre à utiliser la plume, il faut tout simplement s'en servir. L'utiliser en se forçant à réaliser des pleins et de déliés ou se demandant si l'on utilise correctement n'amène à rien de bon. Contentez vous d'utiliser la plume, pour commencer. Vous pouvez vous entraîner à tracer des traits à la volée, ou directement encrer un dessin, ou faire des gribouillis. Prendre une feuille et tracer des traits droits, des traits courbes, en apprivoisant l'animal, en testant le résultat qu'on obtient en appuyant plus ou moins, etc... Le feeling vient forcement avec le temps, quand vous êtes un peu plus habitué à avoir l'objet entre les mains.


Quelques trucs et astuces qui pourront vous guider :

  • "On appuie, et on relâche" peut-être le mot d'ordre de l'utilisation de la plume. Et on peut appuyer longtemps ! Mais pas trop fort non plus, si les bord du bec de la plume s'écartent, c'est mauvais.
  • Bougez vos doigt plutôt que votre poignet lorsque vous tracez vos traits, et détendez-vous. Tenez la plume fermement, à sa base, sans vous crisper, pour avoir un trait net et fluide, et maintenez-la légèrement penchée par rapport au papier, et non pas à sa verticale. Le mot-clé pour encrer à la plume, c'est peut être "avoir une prise ferme et douce" ou "Avoir un trait assuré".
  • Tracez vos traits du haut vers le bas. La plume n'est pas un stylo !
  • Prenez votre temps. Faites attention à ne pas repasser la main sur une zone fraîchement encrée. Le mieux étant de mettre un petit bout de papier - voir de buvard - sous votre poignet pour être certain de ne pas salir la feuille.
  • Il n'y a aucune honte à prendre un stylo fin pour corriger les endroits où l'on a cafouillé. Il m'arrive souvent de prendre un 005 pour corriger quelques petites bavures ou épaissir un trait qui ne me plait pas.
  • Il faut éviter de mettre trop d'encre dans la plume, sinon vous risquez de faire des patés, ou que l'encre fasse des éclaboussures si elle accroche le papier. Inutile d'inonder la base du porte plume, trempez simplement les 3/4 de la plume. Prenez l'habitude d'égoutter doucement et légèrement votre plume contre le rebord du pot d'encre.

 

Petite démonstration - désolée pour la mauvaise qualité de l'image - des plumes :

Plumes from Plumy on Vimeo.


Le matériel - La plume en elle-même :

Il existe des tas de très belles plumes, mais je vais principalement parler de celles que je connais :
souvent mentionnées désormais, les plumes de la marque Deleter, qui sont au nombre de 3 : La plume G, la plume Saji, et la plume Maru. Vous pouvez acheter un joli lot pour toutes les tester à la boutique Junku :

Ces plumes sont toutes destinées au "dessin de manga". Leur inconvénient ? Elles restent relativement chères, et pas forcement faciles à trouver. Néanmoins, beaucoup de dessinateurs amateurs les utilisent.

Nous avons donc les Saji, puis les 2 sortes de G-pen, les deleter et les zebras. La petite boite est une boite d'atomes.
La plume G est une plume un peu plus "robuste", voir bourrine, qui permet de gros déliés, et peut être considérée d'un usage passe-partout. Il doit exister de nombreuses variantes de cette plume, mais je n'en connais que 2, à savoir la plume G Deleter Zebra, qui est ma plume favorite entre toutes . Nerveuse, dure, elle ne réserve pas de mauvaises surprises. Il faut bien appuyer pour avoir un délié et, là, c'est un délié assez sec et dur, mais j'aime ça. Je la préfère aussi à la "plume G Deleter deleter" qui est plus molle et farineuse.

La plume Saji : Fluide, élégante, assez shojouesque en fait, c'est presque un stylo tellement elle se laisse facilement utiliser, allant dans tous les sens, avec des déliés assez discrets, l'encre coulant facilement. Super pratique pour tout ce qui est cheveux and co, elle a aussi une grosse réserve d'encre et se nettoie plus facilement que la G - qui accroche sans arrêt le tissu, grr.

La Maru, tout simplement fine, idéale pour les détails. Elle ressemble de visu à la plume "atome" de la marque Conté, repandue en france, prix très accessible, mais plus dure que celle-ci, plus fine également mais s'use moins vite.

Aparté sur les propos de Solkeera à ce sujet : On peut trouver dans certaines boutique une petite plume fine et tubulaire très semblable à la maru, sur laquelle est noté "superfines 850 - long shoulder" : "Celles-ci ressemblent vraiment à des maru, avec un corps tubulaire complètement fermé, mais quand je compare les deux côte à côte je constate que leur pointe est plus longue et plus effilée que les maru, ce qui les rend plus souples et donc plus difficiles à contrôler..."

Ou l'on voit que malgré ce que je prèche, mes plumes sont crades et mal nettoyées, hum...

Il n'existe bien évidement pas que les plumes de marques japonaises pour encrer. Il faut tester de tout ! Voici quelques autres plumes que j'ai testées :

G de Leonardt : trouvée à Passage Clouté (5 rue des Boulets 75011 PARIS), je pensais avoir trouvé l'alternative aux plumes achetées chez Junku, mais, pas tout à fait. Même si elle ressemble beaucoup à la G de deleter, son bout en biseau est loin d'être aussi fin et même le métal me semble de moindre qualité. Je n'arrive pas à dessiner avec, je m'en sers pour les bulles '_';
CR - 40 Leonardt : Une plume super molle ! La moindre pression créé un paté d'encre, alors, il faut avoir la main légère. Néanmoins, elle me plait beaucoup justement pour ça. Elle a un rendu très "tradi" à la limite du crado quand on y va trop brusquement, mais je la trouve super cool. J'aime bien l'utiliser pour les vêtements pour le moment.
Atome : Relativement fine, un peu farineuse à mon goût, j'en suis pas très fan, à la place je préfère utiliser un stylo '_';

 

J'en ai fini pour le tour des plumes que je connais principalement. Si vous trouvez d'autres plumes et que vous vous sentez à l'aise, n'ayez aucun remord à les utiliser, comme par exemple une plume à calligraphie, ou toute autre... C'est une histoire de feeling. Une pensée émue pour cddam qui utilise d'obscures plumes à moities rouillées héritées de sa grand-mère chaman et qui se trouve très heureux avec elles...

 

Et pour détendre les gens que ce laïus sur les différentes plumes a perturbé : au début, on ne sent aucune différence entre les plumes. C'est en progressant que l'on sent les différences entres les plumes et les encres, et ça, c'est un sentiment assez jouissif - sauf quand on se rend compte qu'on est devenu accro à une saleté de plume G made in japan que y'a que les voleurs de chez junku qui la vendent - mais pour commencer, peu importe la plume ! - Enfin, évitez la Sergent major quand même, même si je parie que y'en a qui savent l'utiliser pour le dessin tiens...


La durée de vie d'une plume :

Les plumes sont des élements consomables fait pour être changés lorsque trop usées/encrassées par de l'encre séchée, mais il est au début difficile de se rendre compte lorsque sa plume est morte. On peut dire que c'est au moment où vous sentez que vous avez du mal à gérer votre stock d'encre et vos déliés que la plume est trop usée. La durée de vie d'une plume et très variable, selon l'utilisation que l'on en a, ainsi que le soin que l'on y apporte. Cela fait partie des choses que l'on découvre par soi même à force d'utiliser.

Dernière petite astuce : Les plumes neuves sont recouvertes d'un leger voile qui les protègent de l'oxydation, il est donc conseillé de les essuyer avant le 1er trempage dans l'encre.

Le corps de la plume :

Le premier corps de plume venu peut faire l'affaire, et on en trouve très facilement en magasin. Ils sont moches, voilà tout. Fouillez chez mamie, elle aura certainement un beau porte plume en bois que vous pourrez lui piquer. Pour ma part mon porte-plume favori est un en bois creu, très léger et très maniable, récupéré je ne sais trop où... Pour les petites plumes, il existe des portes-plumes adaptés mais aussi plus petits et peut-être moins faciles à tenir en main. Les portes-plumes japonais, tels que celui livré dans le pack Deleter, ou celui offert dans le 1er numero "Dessiner le manga" aux éditions Hachette, ont deux tailles de fente qui permettent d'inserer de grosses comme de petites plumes, tout en ayant un corps assez gros qui assure une bonne prise en main.


Les encres :

Le choix de la marque reste comme toujours une histoire de goût. On peut néanmoins dire qu'une bonne encre est une encre fluide, qui ne sèche pas trop vite, qui ne s'abîme pas au gommage et reste bien noire et qui ne bave pas si l'on passe de l'eau par-dessus.

Il existe toute une gamme d'encre chez Deleter, dotées de différentes qualités et capacités. Mais leur prix -relativement élevé chez nos chers revendeurs importateurs-, et leur pot au design dangereux les faisant risquer un renversement toutes les 5 mn font que je les déconseille au final. D'autant plus que je n'ai jamais trouvé de réelles affinités, pour ma part, avec ces encres. Je suis bien vite revenue à mon pot d'encre Sennelier qui a toujours fait mon bonheur et avec lequel je me sens bien.

Astuce de Solkeera concernant les pots d'encre de la marque Deleter :"Sinon pour éviter de renverser le pot, je le pose toujours dans un truc avec un petit rebord, genre couvercle de boîte de hauteur à peu près équivalente au pot. Comme ça même en cas de gestuelle maladroite, ma main heurte le rebord avant le pot d'encre, et même s'il se renverse, ça ne coule pas sur le dessin ! "  

Après sondage, beaucoup de dessineux utilisent des encres sans marques, achetées un peu au hasard, et finalement conservées parce qu'elles étaient bonne pour ce qu'ils voulaient en faire.

Girl : "Tang Frères, 99cents les 250 ml ! Très bon ! Pas cher ! Achète ! è_é "

Contentez-vous donc du premier pot d'encre venu dont le design du pot ou le nom vous plaira, ça devrait faire l'affaire. Mais évitez tout de même un petit pot d'encre du type Conté ou 1er prix en grande surface, ce genre d'encre ayant tendance à être diluée, fade, et bavant à l'eau.

Pour ma part, je citerais mes 2 marques fétiches, à savoir l'encre de chine Sennelier, et l'encre de chine Lefranc & Bourgeois. Celle de la marque Sennelier est épaisse et a tendance à sécher rapidement sur la plume, mais justement j'aime cette épaisseur, et ce petit "dénivelé" qu'elle crée en séchant. Elle est également constante et permet d'avoir des traits très rapides tout en marquant continuellement le papier, je l'adore pour faire les bulles ou les bulles d'éclats de voix. Lefranc & Bourgeois est beaucoup plus fluide, parfois même un peu trop, ayant parfois tendance à vite couler de la plume, mais reste très agréable à utiliser. On peut dire qu'elle amène à un dessin plus fin et détaillé que la Sennelier.  En règle générale, j'utilise Lefranc & Bourgeois pour les planches et Sennelier pour les illustrations, les traits légèrement en relief de l'encre sennelier faisant barrière à la diffusion des couleurs, surtout pour les illustrations aux feutres à alcool.


Astuce : Conserver votre encre au frigo permet de la garder toujours fluide.

Warning spécial : Ne jamais mélanger 2 encres de marques différentes ! Vous obtiendrez un pot rempli d'encre coagulée... Les encres n'apprécient pas ce traitement (Et ce même entre 2 encres de la même marque mais de collection différentes, comme les encre Deleter. Testé et désapprouvé. )

Unique exeption à cette règle, énoncée par Gary dans ce topic sur le forum cafésalé : "Pour l'encre, j'utilise de l'encre rotring et pelikan mélangée dans un même pôt. Pourquoi mélanger deux encres me direz-vous, et bien petite astuce : Avez-vous remarqué que la majorité des encres de chines finissaient par se ternir un peu et à parfois tirer vers un marron/ jaunâtre ? Et bien en mélangeant ces deux encres spécifiques qui possèdent des composants missibles, vous obtenez une encre d'un noir impeccable qui ne jaunira pas.

Il existe également des "stylo d'encre", sorte de gros stylo contenant de l'encre que l'on dépose directement sur sa plume. Pratique, pas de risque de renverser son encre, un coup de main à prendre, mais ça reste néanmoins un peu fastidieux à faire. Pratique en déplacement néanmoins.

Il existe également un "stylo G", encore difficile à trouver en France au moment ou j'écris ces lignes, qui est sensé reproduire l'effet d'une plume G, mais en stylo. A la verité, il est plus fin et permet des déliés moins épais, mais reste une bonne alternative à des stylos fins par exemple.

 

Les propos ci-dessus concernent les encres de chine, mais il est bien évidement possible d'encrer aux encres de couleurs ! Ma seule expérience en la matière est un encrage avec une encre rougeâtre Sennelier qui n'était guère confortable : l'encre ne coulait pas, le débit était mauvais... Franchement déconseillé ! J'ai par contre vu plusieurs fois des dessins encrés avec un mélange d'encres colorex rougeâtres, et ça c'était très joli sur le rendu final. Comme toujours, il faut expérimenter !

 

Le papier :

De préférence, un papier lisse, comme du bristol. Le papier des carnets Moleskine dessin est très agréable aussi. La plume peut être utilisée sur du papier à grain - je le fais souvent - mais ça l'abîme. Les papiers de type papier pour imprimante sont déconseillés car trop fins et trop fragiles. La plume gratterait trop et s'accrocherait et éclabousserait, et l'encre traverse le papier.


L'entretien :

Il vaut mieux essuyer très régulièrement votre plume (tous les 2 ou 3 trempages), ceci pour éviter que l'encre ne sèche sur la plume, l'abimant et la rendant par la suite inutilisable. Et gratter l'encre séché sur la plume ne marche pas non plus, sinon ça serait trop facile ! Il faut prendre soin de sa plume et l'essuyer en entier, soit avec de l'essuie-tout, soit avec un chiffon dédié en tissu doux.
Il est possible de nettoyer sa plume à l'eau déminéralisée, qui attaque moins la plume que de l'eau normale qui la fera rouiller.


Une petite vidéo de démonstration :

Lors de cette vidéo sont tout d'abord utilisées une plume G, puis une plume maru. L'encre utilisée est un peu brune, de la marque Rohrer & Klingner. J'ai transvasé une petite quantité dans un petit pot par peur de renverser le grand pot d'origine. Le papier est celui d'un carnet Moleskine, carnet à croquis. C'est un papier épais et lisse, agréable pour l'encrage.

Avant de commencer à encrer sur le dessin, j'aime toujours amorcer ma plume sur du papier brouillon, pour ne pas avoir de surprise de débit d'encre trop précipité lorsque je poserai la plume sur le dessin, mais je ne crois pas que ce soit indispensable, c'est juste mon petit tic à moi !

*****

Voila donc, j'ai fait le tour de tout ce que je pouvais dire sur le sujet, sachant que je suis encore en plein apprentissage de la chose et que je n'ai énoncé que ce que l'experience m'avait appris. Questions, commentaires et rectifications sont les bienvenus !

Plumy - Septembre 2009

.

.