Feed_24x24 Twitter_24x24 FaceBook_24x24 Youtube_24x24

Interview de Yami & Shini

Queen Society

Attaquons à présent le gros morceau qui occupent le temps nos interviewées en ce moment (… entre autres, parce que vous l'avez compris, un projet à la fois, ce n'est clairement pas assez pour elles) : Queen Society.

Un projet de série en 3 tomes (rien que ça !), dont le premier tome est prévu pour Japan Expo, qui se déroule dans un univers steampunk, et... Hey, mais laissons parler la scénariste plutôt, après tout c'est elle qui parlera le mieux de cette histoire ! (et là, tout ceux qui ont déjà tenté de résumer leur propre histoire rient jaune... car c'est loin d'être un exercice facile !)

 

qs_page_intro

L'intro ♥

 

A propos de l'histoire...


A : Shini, c’est toi la scénariste ! Alors, dis-nous, Queen Society, ça parle de quoi exactement ?


S : Oulala, la question piège ! Disons que j’ai vraiment du mal à faire un résumé de l’histoire. Quand j’essaye d’en raconter les grandes lignes, j’ai toujours l’impression que ce que je raconte est nul et inintéressant. Mais on va essayer !
Queen Society se déroule dans un monde steampunk où poupées mécaniques et humains se côtoient. Ethan Bradley, un prestidigitateur raté, fait partie d’une société secrète visant à renverser les Américains qui ont pris le contrôle de son pays. Il va rencontrer Joey Keller sur son chemin, un mécanicien plus doué qu’il en a l’air. Ensemble, ils vont s’embarquer dans des aventures folles de conspiration, de trahison et de meurtres.

 

qs2qs2
(Un bout du) contexte de Queen Society


A : On sait bien qu’aujourd’hui l’attachement à une histoire, une BD, provient souvent des personnages qui peuvent donc connaître un développement conséquent dans les BDs. Est-ce le cas pour The Queen Society ou l’univers (ou le scénario !) sont-ils premiers dans l’histoire ?


S : Je trouve que les personnages sont aussi importants que le scénario, surtout pour Queen Society qui essaye de se baser sur une histoire qui tient la route, et qui est surtout une série sur trois tomes. Mais en général, je préfère développer les personnages, leur passé, leur psychologie. Enfin, je trouve que tout dépend de la longueur de la BD. Pour un one-shot d’une trentaine de pages, le scénario passera avant, sauf si l’histoire en elle-même est centrée sur la relation entre deux personnages. Le fait est que plus la BD est courte, moins on a le temps de s’étaler sur la psychologie des personnages.

qs_page_rencontre_ethan_joeyqs4

La relation entre Ethan et Joey, une grande histoire d'amour |DD

 

A propos du dessin...

 

A : J’ai eu la chance de pouvoir voir des planches de The Queen Society, et je dois avouer que ça claque méchamment : de très beaux jeux de noir et blanc, des hachures qui me font penser aux gravures de l’époque, des décors qui fourmillent de détails... C’est quoi, votre parti-pris graphique pour Queen Society ? Et pourquoi ce parti-pris ?

Y : Pour ce projet, j’ai réfléchi à la mise en page et ai finalement opté pour un découpage très shônen : cases perpendiculaires, peu de hors-cases, etc… non seulement parce que ça collait mieux au scénario et à l’action, et parce que pour mon premier gros projet, je n’avais pas envie de partir dans tous les sens au risque de tomber dans une mise en page illisible et/ou compliquée. Ca me permet de moins me casser la tête à ce niveau là, et de me concentrer davantage sur les plans et les points de vue que je veux montrer, et les émotions que je veux transmettre.
Pour ce qui est du travail du noir et blancs et des hachures… et bien je dois avouer que c’est parce que je n’aime pas travailler sur pc \o/ Je réduis donc au maximum les ajouts comme les trames, dégradés de gris… [NdA : sur les planches mises en exemple ici, le tramage minimal en question n'a d'ailleurs pas encore été fait =) ]

qs_page_ethanetlizzy


A : Yami, tu rencontres des difficultés particulières à dessiner Queen Society ? Tu y apprends quoi au juste ?

Y : Au départ j’ai eu du mal à m’y mettre, et à visualiser ce que je voulais dessiner. J’ai notamment fait l’acquisition d’un livre de photos anciennes pour m’aider sur le concept d’une Londres de l’époque.
A partir du moment où je suis lancée, je ne m’arrête plus par contre, même si j’ai toujours du mal avec les scènes d’action et le rendu de certains éléments. J’apprends beaucoup de choses au fil de la réalisation, sur l’échelle des personnages entre-eux, et entre les personnages et le décor, les interactions entre personnages, …

qs_page_londresqs1

Regardez-moi ces décors *^*;; *vendue*

Travailler à deux sur Queen Society


A : Comment bossez-vous ensemble sur Queen Society ?

S : J’ai tout d’abord commencé par la création des personnages principaux et secondaires dans un carnet. Je leur mettais un nom, un âge, puis j’écrivais en vrac des adjectifs qui correspondaient à leur physique et à leur psychologie. J’ai demandé par la suite à Yami de faire un rapide croquis de leurs têtes, car j’aime bien pouvoir les imaginer avec son trait. Le fait que Queen Society se passe dans un monde totalement imaginaire fait qu’il avait été nécessaire pour moi de parler de l’histoire de ce monde, de l’économie, de la politique et ses enjeux. L’histoire est assez complexe, et j’ai donc commencé par écrire un compte-rendu de l’état actuel des choses dans ce monde (les rivalités entre les pays, les guerres, etc…).

Quand le décor est planté, le scénario peut être attaqué. J’écris tout d’abord des petits résumés de chaque chapitre, en général cinq ou six lignes. Cela me permet de voir l’ensemble de l’histoire, et facilite la création d’une intrigue, du suspense. Grâce à ce squelette de l’histoire, je commence à faire un scénario détaillé. Je raconte l’action et quand j’ai des idées, les différents plans qu’on pourrait avoir dans les planches. Je mets également les dialogues. L’histoire et les dialogues sont ensuite retravaillés avec l’aide de Yami, mais le travail n’est jamais définitif. Pendant la réalisation des planches, elle peut changer les dialogues encore une fois si cela colle mieux avec le déroulement des planches. La création des planches en elle-même, le storyboard et tout cela sont entièrement réalisés par Yami. Je donne parfois mon avis, quand je vois des problèmes d’anatomie ou autre, mais c’est tout.

 

qs_charadesign_joey

Tout droit volé des coulisses de Queen Society : des charadesigns de Joey !

 

La genèse et l'avancement de Queen Society


A : Et sinon... Ca fait combien de temps que l’idée de Queen Society vous trotte dans la tête ?

S : Depuis pas très longtemps en fait. Je dirais que cela fait un an, quand on nous a proposé de faire un recueil. On a réfléchi, et puis on s’est dit qu’on allait recycler des vieux personnages de RP qu’on avait peu utilisés. On a retravaillé l’histoire et l’univers dans lequel ils étaient nés à la base. J’ai fais quelques recherches sur le steampunk, lu quelques ouvrages dessus. Et puis mes connaissances sur le XVIIIe siècle anglais m’ont grandement aidé, étant donné que je travaille sur cela pour mon mémoire.

A : Et l’idée de se mettre sur un projet en 3 tomes, comme ça, alors que jusqu’à présent Yami n’avait réalisé “que” des one-shots, ça ne met pas le doute au moment de se lancer ?

Y : Disons que je n’ai pas vraiment réfléchi xD J’avais envie depuis un petit moment de passer à un projet plus conséquent. Le concept de Queen Society existait déjà, on l’a choisi lui parmi d’autres car il n’était quasiment pas développé, de sorte qu’on a pas eu peur de franchir le cap et de donner vie à ses héros.

S : C’est sûr que trois tomes, ce n’est pas rien. Cela va nous prendre trois ans tout de même ! Mais voilà, on a eu envie de développer cet univers, de vraiment se l’approprier.

qs_chibiset

La rimbanbelle des personnages principaux, version SD =)



A : Et pour l’instant, ça se passe comment ?


Y : Ca a bien avancé, mais la deadline approche et il va falloir être plus que consciencieux pour finir dans les temps !

S : Très franchement, la deadline sera tenue. Yami s’inquiète pour rien ! Il ne lui reste qu’un peu plus de deux chapitres à faire ! C’est moi qui m’inquiète car je dois au plus vite m’attaquer au scénario détaillé du tome 2.

A : Ah, mais faut pas croire, un scénariste ça s'esclavagise ! En tout cas, je vous remercie pour toutes ces précieuses informations. J'espère qu'elles vous auront faites baver ou, tout du moins, qu'elles auront éveillées votre curiosité, car ce projet le mérite !

 

ethan_couleur

Et pour finir, Ethan en couleur, parce qu'il le vaut bien !

 

A présent, on va se diriger tranquillement vers la fin de cet article en se penchant sur votre actualité du moment...

 

Prochaines dates

Paris Manga [Paris] - février (sous réserve de parvenir à décrocher un stand...)

Japan Expo [Paris] - dates inconnues